L’implantologie

tiret
Cliquez pour lire l’article.

QU’EST CE QUE L’IMPLANTOLOGIE ET POURQUOI ?

Vous avez perdu une ou plusieurs dents ? Vous souhaitez retrouver un sourire complet et fonctionnel ? Il est possible de recourir à l’implantologie pour y remédier. Ses avantages sont d’apporter une solution conservatrice, confortable et sûre, et un système fiable et durable.

L’implantologie consiste en la mise en place d’une racine artificielle (l’implant) en Titane dans l’os. Il sert de support à une couronne, un bridge, ou une prothèse amovible.

DÉROULEMENT DE LA POSE D’UN IMPLANT ET SES SUITES

Comment se déroule la pose d’un implant ?
L’implant peut être mis en place à différents moments : soit après l’extraction d’une dent, soit après cicatrisation de l’os et de la gencive.
L’acte chirurgical est peu douloureux, étant donné qu’il se fait sous anesthésie locale.
Après la cicatrisation et la solidification de l’os autour de l’implant, qui dure entre 2 à 6 mois, la prothèse définitive est posée. Sous certaines conditions, il est possible de poser une prothèse provisoire après la pose de l’implant.

Risque d’infection, d’allergie ?
Aucun risque n’est à prévoir, le métal utilisé pour l’implant, le Titane, peut s’ostéointégrer, c’est-à-dire cicatriser. La particularité de l’implant est qu’une fois cicatrisé, il est solidement ancré dans l’os, contrairement à une dent qui est, elle, maintenue par un ligament.

LA FABRICATION D’UNE PROTHÈSE EN VIDÉO

Afin de mieux comprendre le déroulement de la fabrication d’une prothèse, découvrez la vidéo explicative de la CNSD (la Confédération Nationale des Chirurgiens-Dentistes)

LES IDÉES RECUES DE L’IMPLANTOLOGIE

Plusieurs idées reçues subsistent quant à l’utilisation d’implant dentaire. Nous vous proposons de revenir sur quelques unes :
– L’opération est douloureuse : effectuée sous anesthésie locale, la pose d’un implant est indolore.
– Les implants ne tiennent pas : Les implants sont conçus avec une technique fiable depuis plus d’une trentaine d’années et peuvent rester en bouche pendant au moins 10 ans. Cette durée peut être supérieure si le patient respecte une bonne hygiène bucco-dentaire, ne fume pas et consulte régulièrement son chirurgien-dentiste.
– La différence avec les vraies dents est visible : Aucune différence apparente n’est constatée avec les autres dents de la bouche.

CONTRE-INDICATIONS À LA POSE D’IMPLANT DENTAIRE

Il existe plusieurs contre-indications à la pose d’un implant dentaires. On les distingue en 2 catégories : les contre-indications absolues, et les contre-indications relatives générales.

Contre-indications absolues :
– Pathologies cardiaques : valvulophaties, chirurgie valvulaire prothétique, infarctus du myocarde récent, insuffisance cardiaque, cardiomyopathie
– Accident Vasculaire Cérébral (AVC)
– Cancer évolutif
– Maladies osseuses
– SIDA
– Port de prothèses orthopédiques
– Maladies immunologiques et traitement par les immunosuppresseurs
– Toxicomanie et alcoolisme
– Maladies psychiatriques graves
– Traitements de l’ostéoporose
– Personne mineure

Contre-indications relatives générales :
– L’âge
– L’ostéoporose
– Le tabagisme
– Le diabète
– Le génotype interleukin-1 positif
– Certaines maladies cardio-vasculaires
– L’hypothyroïdisme
– Une grossesse en cours

FINANCEMENT ET REMBOURSEMENT

Un devis est établi avec votre chirurgien-dentiste et vous permet de vous renseigner auprès de votre mutuelle pour constater du niveau de remboursement.
Pour information la prothèse est prise en charge par la Sécurité Sociale à hauteur de 70% de la base de remboursement. Pour quelques exemples des remboursements de la Sécurité Sociale, cliquez ici.

Les soins dentaires courants

tiret
Cliquez pour lire l’article.

LES FACETTES ET JAQUETTES DENTAIRES

Que sont les facettes et jaquettes dentaires ?
Les facettes et jaquettes dentaires sont deux techniques très proches l’une de l’autre permettant d’améliorer le résultat esthétique sur des dents abimées, usées, dotées d’un alignement défectueux, sur lesquelles le blanchiment n’a pas assez d’effet ou tout simplement pour présenter un sourire parfait. Elles représentent des solutions simples pour masquer les imperfections d’une ou plusieurs dents. En seulement deux séances espacées d’une semaine, vous pourrez donc redonner éclat et forme à une dent abimée, et ce sans douleur.

Comment se déroule la pose de facettes ou jaquettes ?
Dans les deux cas (facettes et jaquettes), les dents sont conservées vivantes. Pour réaliser une facette, la dent est réduite de quelques millimètres (environ 0.3 à 0.7mm), et sur celle-ci va être collée une facette en céramique, à l’image d’un faux ongle très fin. De même constitution que l’émail dentaire, elle est aussi résistante que la dent sur laquelle elle est posée.
Pour la jaquette, le processus est similaire mais elle va s’étendre jusqu’à la face interne des dents, afin de compenser des dents avec des pertes de structures.

La pose de facettes ou jaquettes n’impose aucune limite d’âge. Ces techniques peuvent notamment, dans certains cas, être proposées comme alternative à un traitement orthodontique pour les plus jeunes, et permettra une correction esthétique rapide pour les plus âgés.

Dans ces deux cas, l’entretien se fera de la même façon que pour les autres dents, en respectant une hygiène bucco-dentaire régulière et un contrôle tous les 6 mois chez votre chirurgien-dentiste. Facettes et jaquettes ont, selon plusieurs études, des durées de vie en termes de teinte et de collage pouvant atteindre plus de 20 ans.

A quelle hauteur la Sécurité Sociale prend-elle en charge le remboursement ?
A visées esthétiques, les facettes et jaquettes ne sont pas remboursables par la Sécurité Sociale.

Pour aller plus loin
Pour tout savoir sur les facettes, découvrez la fiche conseil de l’UFSBD « Retrouver un beau sourire ».

LE BLANCHIMENT

Pourquoi réaliser un blanchiment des dents ?
Vos dents sont obscurcies ? Vous souhaitez retrouver un sourire éclatant ? Le blanchissement des dents rend l’éclat à votre sourire.
En quoi consiste le blanchiment des dents ?
Un gel de blanchiment est appliqué sur les dents, puis une barrière de protection gingivale est mise en place. Ensuite le gel est activé par une lampe de blanchiment. Le produit est renouvelé toutes les 15 minutes pour une durée d’environ une heure.
Pour ceux qui ne souhaitent pas avoir recours à l’utilisation d’une lampe, une gouttière peut être mise en place en tant que complément de blanchiment.
Qu’est ce que le blanchiment interne des dents ?
Un blanchiment interne peut être effectué dans le cas ou les dents dévitalisées prennent une coloration plus sombre. Après avoir observé attentivement que l’obturation était bien étanche, un produit de blanchissement est injecté à l’intérieur de la dent et laissé pendant environ 5 jours. La procédure est renouvelée jusqu’à obtention de la teinte souhaitée.
Quelles sont les indications avant un blanchiment des dents ?
Avant tout blanchiment, un bilan bucco-dentaire doit être établi, afin de vérifier qu’il n’y ait pas de contre indications.
– les dents doivent être saines et sans caries,
– le patient doit avoir une bonne hygiène bucco-dentaire,
– les problèmes parodontaux doivent être traités en amont
– les fumeurs doivent arrêter de fumer au préalable pour un résultat durable.
– le patient ne doit pas présenter d’irritations gingivales
– un détartrage doit être réalisé au préalable
Sur quelles personnes est-il déconseillé de pratiquer le blanchiment ?
Il est déconseillé de réaliser un blanchiment sur une femme enceinte, un patient mineur ou sur une personne atteinte d’hypersensibilité dentaire.

LA DÉVITALISATION

Qu’est-ce que la dévitalisation d’une dent ?
Le plus souvent à la suite d’une carie importante, votre chirurgien-dentiste pourra vous annoncer qu’une de vos dents a besoin d’une dévitalisation. Cet acte, indolore, permet de retirer la pulpe de la dent qui a subi une infection carieuse.

Comment se déroule le traitement ?
Après une anesthésie locale et un curetage de la carie, le praticien va ensuite nettoyer et désinfecter les entrées des canaux dans lesquels vit la pulpe. La dévitalisation d’une dent prend entre 30 minutes pour une incisive ou une canine, à 1h15 pour une prémolaire ou molaire. Suite à cette étape, votre chirurgien-dentiste va obturer les canaux vides à l’aide d’un matériau pour éviter que les bactéries ne s’y logent, puis restaurer la dent, soit à l’aide d’un composite, ou par la pose d’une couronne dentaire.

LES CARIES ET LEURS SOINS

La carie, problème majeur de santé publique
La carie est actuellement la première source de visite chez le chirurgien-dentiste. Les dernières études de l’UFSBD font état de chiffres encore inquiétants en 2015 : 50% des enfants de moins de 12 ans souffrent déjà de caries dentaires. Elles touchent en effet aussi bien les dents de lait que les dents définitives et doivent donc faire l’objet d’un suivi régulier.

Lorsque la plaque dentaire et les bactéries s’accumulent trop à la surface des dents, une carie peut se former du fait des attaques sur l’émail dentaire, et créer une cavité dans la dent. Plusieurs facteurs peuvent entrer en cause, tels qu’une dent déminéralisé, usée, qui résistera moins bien aux attaques bactériennes, ou encore une alimentation trop riche en acide où en sucre qui fragilisera l’émail.

Les 4 stades de la carie
Si la carie n’est située qu’au niveau de l’émail, celle-ci n’entraine normalement pas de douleur et passe ainsi inaperçue. Elle continue alors sa progression jusqu’à la dentine. A ce stade, la carie peut induire des douleurs, notamment au contact du froid ou des aliments sucrés. Ces deux premières étapes ne nécessitent pas une dévitalisation de la dent, qui pourra alors être soignée grâce à un nettoyage puis à un colmatage du trou pour reconstituer la dent. Souvent, à moins que la carie ne soit superficielle, cette étape est précédée d’une anesthésie locale, permettant un soin sans douleur.

Si la carie n’est pas soignée avant qu’elle n’atteigne la pulpe, alors celle-ci risque d’entrainer une rage de dent, et peut entrainer d’autres complications telles que des abcès ou des kystes. La dent devra alors être dévitalisée avant d’être reconstruite.

Pour aller plus loin
Pour en savoir plus sur le développement des caries dentaires et leur traitement, découvrez la fiche conseil de l’UFSBD « La carie ».

LE DÉTARTRAGE

Qu’est-ce que le tartre ?
Le tartre représente l’accumulation de la plaque dentaire sur les dents. Particulièrement résistant, celui-ci ne peut être retiré uniquement à l’aide d’une brosse à dents, et nécessite donc une visite chez votre chirurgien-dentiste. Rugueux, il adhère fortement aux surfaces dentaires, et favorise le développement des maladies gingivales et parodontales.

Comment se déroule un détartrage ?
Ainsi, le détartrage va consister en l’élimination indolore de ce dépôt dur, que ce soit par « grattage » ou par l’utilisation d’appareils à ultrasons, ce qui va permettre de redonner l’aspect esthétique originel des dents, mais aussi de recréer un environnement sain.
Votre praticien vous recommande, pour la santé de votre bouche, d’effectuer un détartrage deux fois par an.

Les soins post-opératoires

tiret
Cliquez pour lire l’article.

APRÈS LA POSE D’UN OU PLUSIEURS IMPLANTS

Après la pose d’un ou plusieurs implants dentaires, et afin d’obtenir la meilleure cicatrisation possible, il est recommandé au cours des 2 semaines qui suivent la pose de l’implant de :
– Ne pas fumer
– Ne pas manger ni boire trop chaud
– Ne pas manger du côté de l’intervention
– Ne pas passer la langue ni aspirer sur les implants
– Limiter les aliments salés, épicés et acides,
– Ne pas brosser, ne pas passer le fil ni les brossettes dentaires dans le quadrant concerné par la chirurgie
– Réaliser des bains de bouche passifs sans brasser trois fois par jour

Afin de limiter les douleurs post-opératoires, il est recommandé au cours des trois jours qui suivent la pose de l’implant de :
– Prendre des antalgiques (paracétamol ou ibuprofène) avant que l’anesthésie ne parte et renouveler régulièrement la prise avant que les douleurs n’apparaissent,
– Appliquer de la glace à l’intérieur et à l’extérieur de la bouche. La glace doit être disposée dans un linge et appliquée pendant au moins 20 minutes plusieurs fois par jour.

En cas de doute ou de nécessité, n’hésitez pas à contacter le cabinet par téléphone.

APRÈS UNE GREFFE OSSEUSE

Après une greffe osseuse, et afin d’obtenir la meilleure cicatrisation possible, il est recommandé au cours des 4 semaines qui suivent la greffe osseuse de :
– Ne pas fumer
– Ne pas manger ni boire trop chaud
– Ne pas manger du côté de la greffe osseuse
– Ne pas passer la langue ni aspirer sur les sites opératoires
– Limiter les aliments salés, épicés et acides
– Ne pas brosser, ne pas passer le fil ni les brossettes dentaires dans le quadrant concerné par la greffe
– Réaliser des bains de bouche passifs sans brosser trois fois par jour

Afin de limiter les douleurs post-opératoires, il est recommandé au cours des trois jours qui suivent la greffe osseuse de :
– Prendre des antalgiques (paracétamol ou ibuprofène) avant que l’anesthésie ne parte et renouveler régulièrement la prise avant que les douleurs n’apparaissent,
– Appliquer de la glace à l’intérieur et à l’extérieur de la bouche. La glace doit être disposée dans un linge et appliquée pendant au moins 20 minutes plusieurs fois par jour.

En cas de doute ou de nécessité, n’hésitez pas à contacter le cabinet par téléphone.

APRÈS UNE GREFFE GINGIVALE

Après une greffe gingivale, et afin d’obtenir la meilleure cicatrisation possible, il est recommandé au cours des 4 semaines qui suivent la greffe gingivale de :
– Ne pas fumer
– Ne pas manger ni boire trop chaud
– Ne pas manger du côté de la greffe gingivale
– Ne pas passer la langue ni aspirer sur les sites opératoires
– Limiter les aliments salés, épicés et acides,
– Ne pas brosser, ne pas passer le fil ni les brossettes dentaires dans le quadrant concerné par la greffe
– Réaliser des bains de bouche passifs sans brasser trois fois par jour

Afin de limiter les douleurs post-opératoires, il est recommandé au cours des trois jours qui suivent la greffe gingivale de :
– Prendre des antalgiques (paracétamol ou ibuprofène) avant que l’anesthésie ne parte et renouveler régulièrement la prise avant que les douleurs n’apparaissent,
– Appliquer de la glace à l’intérieur et à l’extérieur de la bouche. La glace doit être disposée dans un linge et appliquée pendant au moins 20 minutes plusieurs fois par jour.

En cas de doute ou de nécessité, n’hésitez pas à contacter le cabinet par téléphone.

APRÈS UNE OU PLUSIEURS EXTRACTIONS

Après une ou plusieurs extractions, et afin d’obtenir la meilleure cicatrisation possible, il est recommandé au cours de la semaine qui suit la ou les extractions de :
– Ne pas fumer
– Ne pas manger ni boire trop chaud
– Ne pas manger du côté de l’extraction
– Ne pas passer la langue ni aspirer sur les sites opératoires
– Limiter les aliments salés, épicés et acides,
– Ne pas brosser, ne pas passer le fil ni les brossettes dentaires du côté concerné,
– Réaliser des bains de bouche passifs sans brasser trois fois par jour

Afin de limiter les douleurs post-opératoires, il est recommandé au cours des trois jours qui suivent la ou les extractions :
– Prendre des antalgiques (paracétamol ou ibuprofène) avant que l’anesthésie ne parte et renouveler régulièrement la prise avant que les douleurs n’apparaissent,
– Appliquer de la glace à l’intérieur et à l’extérieur de la bouche. La glace doit être disposée dans un linge et appliquée pendant au moins 20 minutes plusieurs fois par jour.
En cas de doute ou de nécessité, n’hésitez pas à contacter le cabinet par téléphone.

APRÈS UNE ÉLÉVATION DU PLANCHER SINUSIEN

Après une élévation du plancher sinusien, et afin d’obtenir la meilleure cicatrisation possible, il est recommandé au cours des 4 semaines qui suivent l’intervention de :
– Ne pas fumer
– Ne pas manger ni boire trop chaud
– Ne pas manger du côté de l’intervention
– Ne pas passer la langue ni aspirer sur les sites opératoires
– Limiter les aliments salés, épicés et acides,
– Ne pas brosser, ne pas passer le fil ni les brossettes dentaires dans le quadrant concerné par la chirurgie
– Réaliser des bains de bouche passifs trois fois par jour
– Ne pas se moucher
– Eternuer par la bouche sans retenue

Afin de limiter les douleurs post-opératoires, il est recommandé au cours des trois jours qui suivent l’intervention de :
– Prendre des antalgiques (paracétamol ou ibuprofène) avant que l’anesthésie ne parte et renouveler régulièrement la prise avant que les douleurs n’apparaissent,
– Appliquer de la glace à l’intérieur et à l’extérieur de la bouche. La glace doit être disposée dans un linge et appliquée pendant au moins 20 minutes plusieurs fois par jour.
En cas de doute ou de nécessité, n’hésitez pas à contacter le cabinet par téléphone.

Tarifs et honoraires

tiret
Cliquez pour lire l’article.

TARIFS ET REMBOURSEMENTS

Votre chirurgien-dentiste applique les tarifs de remboursement de l’Assurance Maladie. Ces tarifs ne peuvent être dépassés, sauf en cas d’exigence exceptionnelle de votre part, s’agissant de l’horaire ou du lieu de consultation.

Pour les traitements prothétiques et d’orthopédie dento-faciale, votre chirurgien-dentiste pratique des honoraires libres qui peuvent être supérieurs aux tarifs de remboursement par l’Assurance Maladie.

Si vous bénéficiez de la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C), ces dépassements sont plafonnés.

Si votre chirurgien-dentiste vous propose de réaliser certains actes qui ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie, il doit obligatoirement vous en informer.

Dans les cas cités ci-dessus où votre chirurgien-dentiste fixe librement ses honoraires ou ses dépassements d’honoraires, leur montant doit être déterminé avec tact et mesure.

L’IMPORTANCE DE LA CARTE VITALE

Votre carte Vitale correspond à votre carte d’assuré social et atteste de vos droits à l’Assurance Maladie. Elle doit être mise à jour au moins une fois par an et présentée systématiquement à tout professionnel de santé.

Elle permet de vous assurer les remboursements des actes sous 5 jours, sans nécessité de renvoyer de feuille de soins au format papier : toutes les informations nécessaires au remboursement sont directement transmises du chirurgien-dentiste à votre Caisse d’Assurance Maladie.

Alors, pensez à bien l’apporter à chaque visite !

L’orthodontie

tiret
Cliquez pour lire l’article.

QU’EST CE QUE L’ORTHODONTIE ?

L’orthodontie ou plus précisément l’Orthopédie Dento-Faciale (ODF) est une spécialité médicale qui permet de corriger les malpositions dentaires et les déformations des maxillaires afin de retrouver une denture fonctionnelle et esthétique.
Le traitement d’orthodontie aura donc une influence sur l’ensemble de la sphère oro-faciale puisqu’il est possible de modifier la position individuelle des dents mais aussi la position d’un maxillaire par rapport à l’autre. Cela se répercutera sur les muscles et les tissus mous environnants, sans oublier la position et la fonction des articulations.
De ce fait, il pourra nécessiter la collaboration éventuelle de praticiens d’autres disciplines comme les ORL, les stomatologistes, les orthophonistes, les chirurgiens, les parodontologistes etc.
Cette pratique n’est plus l’apanage des enfants, et les adultes représentent une part de plus en plus importante dans les cabinets d’orthodontie.
Un traitement se compose de trois étapes :
– Le bilan, qui permet d’établir un diagnostic, un plan de traitement et l’estimation d’une durée de traitement
– Le traitement actif, qui est le traitement proprement dit, et dont la durée a été estimée lors du bilan. C’est la période durant laquelle on déplace les dents (ainsi que les maxillaires si nécessaire)
– La contention, qui est une phase de consolidation, aussi importante que l’étape du traitement actif, durant laquelle le patient continue de porter de manière dégressive des appareils qui, cette fois, sont neutres.

Les élastiques
Les élastiques sont généralement destinés à remettre les dents d’une arcade « en face » de celles de l’autre arcade. Pour cela, on exerce des tractions de quelques dizaines de grammes entre la mâchoire supérieure et la mâchoire inférieure.
Important : Pour être efficace cette traction doit être continue.
Les élastiques doivent être portés jour et nuit, selon les consignes de l’orthodontiste. Parfois, il est possible de les enlever pour les repas à condition de ne pas oublier de les remettre aussitôt après.
Pendant les 2 ou 3 premiers jours, il est possible que les dents soient sensibles. Il faut insister et ces douleurs disparaissent rapidement.
Les élastiques doivent être changés au moins une fois par jour (par exemple le soir après le brossage) et doivent être remplacés dès qu’ils cassent. Pour cela il est préférable d’avoir toujours un paquet de rechange sur soi.
Surtout ne pas attendre le rendez-vous suivant si vous êtes en manque d’élastiques : il faut venir en chercher au cabinet ou bien nous téléphoner pour qu’on en envoie par la poste.

Pour aller plus loin
Pour en savoir plus sur l’orthodontie, découvrez la fiche pratique de l’UFSBD « l’orthodontie »
Faut-il que vous ou votre enfant consulte ? Découvrez les 5 signes pour prendre la bonne décision !
Vous avez des idées reçues sur l’orthodontie ? La FFO fait le point !

L’ORTHODONTIE POUR ENFANTS

L’orthodontie de 7 à 11 ans
En denture mixte entre 7 et 11 ans c’est la période de cohabitation entre les dents de lait et des premières dents définitives.
Nous proposons un traitement dit « interceptif » ou « précoce ». C’est un traitement relativement court qui permet de corriger des petites dysmorphoses de façon à être dans les meilleures conditions possibles pour avoir une croissance harmonieuse et favoriser l’évolution des dents définitives. Par exemple, la position et la largeur de la mâchoire peuvent corrigées avec un appareillage fixe ou amovible.
C’est une étape ponctuelle en attendant l’âge orthodontique et un bilan sera fait quand toutes les dents définitives seront là.
Bien souvent, un traitement interceptif, quand il est possible, permet de diminuer le temps de traitement ultérieurement.

L’orthodontie de 11 à 16 ans
À partir de 11 ans et jusqu’à 16 ans, les dents définitives viennent remplacer les dents de lait. Le traitement en denture définitive nécessite une démarche thérapeutique différente de celle exercée sur l’enfant plus jeune.

On peut utiliser différents types d’appareils :
– Des appareils amovibles pour des corrections simples.
– Des appareils multi-attaches, appelées encore « bagues » ou « brackets » qui sont le plus couramment utilisés.
Il s’agit de boitiers en métal ou en céramique collés directement sur les dents. Ils présentent une gorge dans laquelle on insère un fil qui va guider le déplacement des dents.
Il en existe de deux sortes :
soit les attachements sont collés sur la face externe des dents, c’est le type d’appareil couramment rencontré.
soit les attachements sont collés sur la face interne des dents. C’est l’orthodontie linguale où les attaches sont positionnées sur la surface interne de la dent. Le rendu est totalement invisible.
– Les gouttières transparentes confectionnées à la forme exacte des dents.
Les gouttières sont portées 24/24 heures. Elles sont changées toutes les deux à trois semaines, jusqu’à l’obtention de la position idéale des dents.

La contention
C’est une étape très importante.
Elle a pour but de maintenir les résultats acquis et de stabiliser la position des dents. En son absence, les dents auraient tendance à revenir très rapidement à leur position initiale. La pose de la contention s’effectue le jour de la dépose de l’appareillage.
Les types d’appareils de contention sont :
– Des appareils amovibles de type « faux-palais » ou gouttières transparentes.
– Des fils collés sur les faces internes des dents.
– Des appareils amovibles transparents en silicone.
Le type de contention est choisi en fonction du cas. La durée de port de ces appareils diminue au fil du temps. Les appareils de contention portés le plus longtemps possible garantissent les résultats obtenus.

L’ORTHODONTIE POUR ADULTES

L’orthodontie vestibulaire
C’est la technique de référence en orthodontie car celle la plus fréquemment utilisée. Il s’agit de boitiers (ou brackets) en métal ou en céramique collés directement sur la face vestibulaire (externe) des dents. Ils présentent une gorge dans laquelle on insère un fil qui va guider le déplacement dentaire.
Les techniques dans ce type de traitement évoluent sans cesse.
Les matériaux sont de plus en plus faciles à supporter et de plus en plus harmonieux. On peut trouver des en céramique transparentes donnant un rendu entièrement naturel.

L’orthodontie linguale (ou esthétique)
Dans cette technique, les attaches sont positionnées sur la surface interne des dents. L’esthétique est alors parfaite, aucun appareillage n’étant visible. Les dents sont déplacées à l’aide d’arcs spécialement mis en forme.
Toutefois, il peut entrainer quelques irritations de la langue qui seront apaisées à l’aide d’une cire orthodontique applicable sur les attaches.
Il est assez fréquent d’utiliser une technique linguale à l’arcade supérieure et des attachements vestibulaires, classiques, à l’arcade inférieure.

L’orthodontie invisible
C’est une technique qui utilise une série de gouttières en plastique, faites sur mesure, transparentes et pratiquement invisibles. On les retire pour manger ou se brosser les dents.
Ce traitement est apprécié car il n’utilise pas de métal. Différentes séries de gouttières sont à porter par le patient en fonction des déplacements correctifs progressifs de la dentition. Toutefois, c’est une technique qui n’est pas forcément applicable dans toutes les situations

La contention :
C’est une étape très importante.
Elle a pour but de maintenir les résultats acquis et de stabiliser la position des dents. En son absence, les dents auraient tendance à revenir très rapidement à leur position initiale. La pose de la contention s’effectue le jour de la dépose de l’appareillage.
Les types d’appareils de contention sont :
– Des appareils amovibles de type « faux-palais » ou gouttières transparentes.
– Des fils collés sur les faces internes des dents.
– Des appareils amovibles transparents en silicone.
Le type de contention est choisi en fonction du cas. La durée de port de ces appareils diminue au fil du temps. Les appareils de contention portés le plus longtemps possible garantissent les résultats obtenus.

L’ORGANISATION DES RENDEZ-VOUS

Le premier rendez-vous
Cette consultation nous permet de faire un premier examen clinique qui nous donne une vue globale des problèmes à traiter ainsi que les différents moyens thérapeutiques adaptés.
A l’issu de ce rendez-vous, nous vous proposerons de vous revoir pour prendre les documents nécessaires à la réalisation du bilan complet. Pour cela, nous prendrons des photos de votre visage et de vos dents, des empreintes dentaires, ainsi que des radiographies.
À partir de là, nous pourrons établir un diagnostic précis et vous proposer un plan de traitement adapté à vos besoins, ainsi qu’un devis.
Si nous n’estimons pas nécessaire de débuter un traitement immédiatement, nous vous proposerons de planifier des visites de contrôle sous six mois à un an.

Fréquence des rendez-vous pendant le traitement
Pendant le traitement, il y a deux types de rendez-vous :
– les « grands rendez-vous » sont destinés à la pose et à la dépose de l’appareillage fixe. Ils seront donnés dans la journée (pendant le temps scolaire). Généralement une fois par an.
– Les autres rendez-vous, dits de « contrôle » auront lieu toutes les 4 à 6 semaines. Ils peuvent donnés à votre convenance.
A noter : Le rendez-vous de première consultation sera lui aussi donné dans la journée (hors mercredi après midi)

CONSEILS

Le brossage des dents pour les porteurs d’appareil orthodontique fixe
Le port d’un appareil rend plus difficile l’accès de la brosse à dents, ce qui favorise l’accumulation de la plaque dentaire. Le brossage doit par conséquent faire l’objet d’une attention toute particulière. En effet, un manque d’hygiène dentaire peut entraîner :
• Des traces de décalcification visibles à la surface des dents après la dépose de l’appareil. Ces apparitions sont irréversibles.
• Des gingivites (inflammation des gencives).

Le brossage doit être réalisé après chaque repas. Il est conseillé d’utiliser des brossettes interdentaires en complément du brossage classique. Elles permettront d’atteindre des zones retirées entre les dents, autour des bagues et des attaches.
Pour mieux visualiser la présence de plaque dentaire et ainsi l’éliminer plus facilement, il est conseillé d’utiliser un révélateur de plaque une fois par semaine. Ce produit est disponible en pharmacie.

Les 4 règles de l’Orthodontie sont détaillées dans la vidéo de la Fédération Française d’Orthodontie à découvrir ici !

Les habitudes à prendre
Maintenir une bouche saine : Un traitement d’orthodontie ne dispense pas d’aller consulter son chirurgien dentiste, bien au contraire.
Toute lésion carieuse doit être soignée préalablement à la pose de l’appareil.

Durant toute la durée du traitement, nous vous recommandons de prendre rendez-vous chez votre chirurgien dentiste 2 fois par an.
Perdre les mauvaises habitudes : Le traitement orthodontique a pour but de corriger les malpositions dentaires et squelettiques. Mais la beauté d’un sourire repose également sur l’harmonie et l’équilibre des différentes fonctions, tels que le respiration, la phonation ou la déglutition. C’est pourquoi, il faut veiller à abandonner certaines habitudes comme la succion du pouce ou des doigts. Leur persistance empêche la correction des anomalies dento-maxillaires. De même, l’onychophagie (ongles rongés).

Précautions alimentaires : Le port d’un appareillage fixe nécessite de prendre quelques précautions alimentaires. En effet, il est nécessaire de supprimer : tout aliment dur tel que : noix, noisette, cacahuète, pistache etc. Les sandwiches seront faits avec des pains mous ainsi que tout aliment collant tel que : caramel, carambar, chewing gum etc.

De même, il ne faut pas croquer dans une pomme, mais la couper en morceaux ; se méfier des petits os ou des noyaux de fruits tels que pêche ou abricot etc.

Les douleurs et les gènes

Des dents sensibles : suite à la pose d’un appareil d’orthodontie, il est possible de ressentir une gêne voire des douleurs.
– Durant les premiers jours du traitement, le patient doit s’habituer à vivre avec un « corps étranger ».
La douleur est liée aux premiers mouvements des dents. Les dents sont sensibles lorsqu’on les touche, en particuliers lors des repas. Il s’agit d’arthrite dentaire.
Elle apparaît dans les heures qui suivent la pose, et passe au bout de quelques jours.
Afin de la soulager, nous vous conseillons de prendre un antalgique.
– Les sensations douloureuses peuvent également apparaître après les activations. Elles sont dûes aux informations mises dans l’appareil. Là aussi, elles ne durent que quelques jours.
Ces désagréments peuvent varier d’un patient à l’autre. Nous ferons le nécessaire pour limiter ces inconforts.
Des lèvres irritées : après la mise en place de l’appareil, il peut y avoir une irritation de la langue, des joues et des lèvres.
Faites des bains de bouche et éventuellement utilisez la cire orthodontique que l’on vous a donnée (également disponible en pharmacie).

FINANCEMENT ET REMBOURSEMENT

Le coût d’un traitement varie en fonction des pathologies à traiter et du type d’appareillage utilisé ainsi que de la durée.

Avant 16 ans :
Les traitements sont pris en charge par les caisses d’assurance maladie, sous réserve d’obtenir l’accord préalable, et à condition qu’ils soient commencés avant le 16ème anniversaire. Le montant pris en charge par les caisses d’assurance maladie est de 193,50 euros par semestre, quelque soit le type de traitement et d’appareil envisagé.
La différence entre les honoraires et le remboursement des caisses d’assurance maladie peut être pris en charge partiellement ou en totalité par les complémentaires.

Après 16 ans :
Le traitement est entièrement à la charge du patient. Cependant, il peut y avoir une prise en charge par certaines mutuelles.

Cas particulier :
Dans le cas d’un traitement nécessitant une intervention de chirurgie maxillo-faciale, les caisses d’assurance maladie prennent en charge un semestre (selon leur barème, soit 193,50 euros). Dans ce cas précis, un certificat délivré par le chirurgien sera demandé.

L’implantologie

tiret
Cliquez pour lire l’article.

QU’EST CE QUE L’IMPLANTOLOGIE ET POURQUOI ?

Vous avez perdu une ou plusieurs dents ? Vous souhaitez retrouver un sourire complet et fonctionnel ? Il est possible de recourir à l’implantologie pour y remédier. Ses avantages sont d’apporter une solution conservatrice, confortable et sûre, et un système fiable et durable.

L’implantologie consiste en la mise en place d’une racine artificielle (l’implant) en Titane dans l’os. Il sert de support à une couronne, un bridge, ou une prothèse amovible.

DÉROULEMENT DE LA POSE D’UN IMPLANT ET SES SUITES

Comment se déroule la pose d’un implant ?
L’implant peut être mis en place à différents moments : soit après l’extraction d’une dent, soit après cicatrisation de l’os et de la gencive.
L’acte chirurgical est peu douloureux, étant donné qu’il se fait sous anesthésie locale.
Après la cicatrisation et la solidification de l’os autour de l’implant, qui dure entre 2 à 6 mois, la prothèse définitive est posée. Sous certaines conditions, il est possible de poser une prothèse provisoire après la pose de l’implant.

Risque d’infection, d’allergie ?
Aucun risque n’est à prévoir, le métal utilisé pour l’implant, le Titane, peut s’ostéointégrer, c’est-à-dire cicatriser. La particularité de l’implant est qu’une fois cicatrisé, il est solidement ancré dans l’os, contrairement à une dent qui est, elle, maintenue par un ligament.

LA FABRICATION D’UNE PROTHÈSE EN VIDÉO

Afin de mieux comprendre le déroulement de la fabrication d’une prothèse, découvrez la vidéo explicative de la CNSD (la Confédération Nationale des Chirurgiens-Dentistes)

LES IDÉES RECUES DE L’IMPLANTOLOGIE

Plusieurs idées reçues subsistent quant à l’utilisation d’implant dentaire. Nous vous proposons de revenir sur quelques unes :
– L’opération est douloureuse : effectuée sous anesthésie locale, la pose d’un implant est indolore.
– Les implants ne tiennent pas : Les implants sont conçus avec une technique fiable depuis plus d’une trentaine d’années et peuvent rester en bouche pendant au moins 10 ans. Cette durée peut être supérieure si le patient respecte une bonne hygiène bucco-dentaire, ne fume pas et consulte régulièrement son chirurgien-dentiste.
– La différence avec les vraies dents est visible : Aucune différence apparente n’est constatée avec les autres dents de la bouche.

CONTRE-INDICATIONS À LA POSE D’IMPLANT DENTAIRE

Il existe plusieurs contre-indications à la pose d’un implant dentaires. On les distingue en 2 catégories : les contre-indications absolues, et les contre-indications relatives générales.

Contre-indications absolues :
– Pathologies cardiaques : valvulophaties, chirurgie valvulaire prothétique, infarctus du myocarde récent, insuffisance cardiaque, cardiomyopathie
– Accident Vasculaire Cérébral (AVC)
– Cancer évolutif
– Maladies osseuses
– SIDA
– Port de prothèses orthopédiques
– Maladies immunologiques et traitement par les immunosuppresseurs
– Toxicomanie et alcoolisme
– Maladies psychiatriques graves
– Traitements de l’ostéoporose
– Personne mineure

Contre-indications relatives générales :
– L’âge
– L’ostéoporose
– Le tabagisme
– Le diabète
– Le génotype interleukin-1 positif
– Certaines maladies cardio-vasculaires
– L’hypothyroïdisme
– Une grossesse en cours

FINANCEMENT ET REMBOURSEMENT

Un devis est établi avec votre chirurgien-dentiste et vous permet de vous renseigner auprès de votre mutuelle pour constater du niveau de remboursement.
Pour information la prothèse est prise en charge par la Sécurité Sociale à hauteur de 70% de la base de remboursement. Pour quelques exemples des remboursements de la Sécurité Sociale, cliquez ici.

Les prothèses

tiret
Cliquez pour lire l’article.

PROTHÈSE AMOVIBLE COMPLÈTE

Qu’est-ce qu’une prothèse amovible complète ?
La prothèse amovible permet à la fois de remplacer l’ensemble des dents de la mâchoire ainsi que les gencives. Elle est confectionnée en résine, et comporte des dents préfabriquées en résine renforcée ou en porcelaine.

Comment s’effectue le port du dentier ?
Appliqué directement sur les gencives, la tenue de la prothèse amovible complète est assurée par un phénomène de succion adhésive. La prothèse devra donc épouser correctement les formes de la mâchoire qu’elle recouvre, afin que la salive puisse effectuer une succion adéquate et ainsi assurer une tenue idéale.
Pour la partie inférieure de la prothèse complète, qui pose parfois plus de soucis d’adhésion du fait de sa mobilité permanente, le chirurgien-dentiste peut avoir recours à la pose d’implant dentaire. Souvent, cela se matérialise par la pose de 4 implants sur laquelle on vient fixer une barre de rétention, qui va alors permettre de clipser la prothèse. La stabilité est alors très largement améliorée, permettant une mastication fonctionnelle.
Parfois, cette technique peut être utilisée également pour la mâchoire supérieure, afin de réduire le recouvrement du palais par le dentier

Quel entretien pour une prothèse amovible complète ?
Le port d’une prothèse amovible complète requiert une hygiène bucco-dentaire stricte. Ainsi, après chaque repas, le dentier doit être retiré et brossé à l’aide de produits spécifiques, et les gencives doivent être nettoyées. La nuit, la prothèse doit être retirée et plongée dans une solution nettoyante. Une prothèse amovible complète ne doit jamais être portée 24h d’affilée.

Quel prix et quel remboursement pour les prothèses amovibles partielles ?
La prise en charge est à hauteur de 70 % sur la base du remboursement de la Sécurité Sociale. Pour plus d’informations sur la prise en charge, n’hésitez pas à contacter le cabinet ou rendez-vous sur le site ameli.fr. La différence entre les honoraires et le remboursement de la Sécurité Sociale peut être pris en charge partiellement ou en totalité selon votre complémentaire santé.

PROTHÈSE AMOVIBLE PARTIELLE

Qu’est-ce qu’une prothèse amovible partielle ?
La prothèse amovible permet à la fois de remplacer les dents manquantes et la gencive. Elle est conseillée dans le cas où une prothèse fixée est impossible à réaliser. Economique et simple à réaliser, elle va remplacer une ou plusieurs dents de la mâchoire grâce à l’utilisation de crochets qui peuvent parfois être visible lorsque vous sourirez.
Cette prothèse, facilement réparable, est évolutive afin de pouvoir remplacer d’autres dents qui viendraient à tomber.

Quels matériaux sont utilisés ?
Les prothèses amovibles partielles peuvent être réalisées soit uniquement en résine, soit composées d’un mélange entre plaque métallique de taille réduite et résine. Ce dernier, appelé stellite, est confectionné avec un alliage à base de cobalt, présentant une bonne résistance à la corrosion. Il est donc à privilégier puisque plus léger et plus stable que sa version entièrement en résine. Des attachements de précision non visibles pourront également remplacer des crochets parfois inesthétiques.

Quel entretien pour les prothèses amovibles partielles ?
Après chaque repas, la prothèse amovible doit être retirée et brossée avec une brosse spécifique et un produit adapté. La nuit, laissez tremper vos appareils dans une solution nettoyante.

Quel prix et quel remboursement pour les prothèses amovibles partielles ?
Le prix pour ce type de prothèse peut varier entre 1 220 et 2 100€ en fonction du nombre de dents concernées. La prise en charge est à hauteur de 70 % sur la base du remboursement de la Sécurité Sociale. Pour plus d’informations sur la prise en charge, n’hésitez pas à contacter le cabinet ou rendez-vous sur le site ameli.fr. La différence entre les honoraires et le remboursement de la Sécurité Sociale peut être pris en charge partiellement ou en totalité selon votre complémentaire santé.

BRIDGE

Qu’est ce qu’un bridge dentaire ?
Un bridge (ou pont en français) est une prothèse dentaire fixée conjointe. Le but est de remplacer une dent absente et utilisant les deux dents adjacentes comme piliers. Au final, le bridge est donc composé de 3 éléments minimum : les deux piliers, et le pont (composé d’une ou plusieurs dents factices). Plus le nombre de dents contenues sur le pont est élevé, plus la résistance du bridge sera mise à l’épreuve, et devra donc reposer sur des dents solides.

Comment un bridge est-il réalisé ?
L’installation d’un bridge se fait en plusieurs étapes. Dans un premier temps, les dents adjacentes « piliers » sont taillées de quelques millimètres. S’en suit une prise d’empreinte, permettant de définir les tailles qui seront nécessaires pour le bridge. Puis, le chirurgien-dentiste procédera à la pose de la prothèse conjointe.

Quels types de matériaux sont utilisés ?
Les matériaux utilisés sont les mêmes que ceux d’une couronne dentaire, à savoir la céramique pour les dents antérieures, et la possibilité d’utiliser du métal pour les dents postérieures.

Quelle différence avec le bridge collé ?
Lorsqu’une seule dent est manquante, votre chirurgien-dentiste pourra décider de choisir l’option du bridge collé. Il s’agit de faire réaliser, par un prothésiste dentaire, une dent intermédiaire qui sera pourvue de deux ailettes métalliques. Grâce à ces ailettes, le praticien pourra ensuite coller la nouvelle dent sur les bords intérieurs des deux dents piliers. Grâce à cette technique, les dents adjacentes peuvent être conservées saines sans être taillées.

A quelle hauteur la Sécurité Sociale prend-elle en charge le remboursement ?
La prise en charge est à hauteur de 70 % sur la base du remboursement de la Sécurité Sociale. Pour plus d’informations sur la prise en charge, n’hésitez pas à contacter le cabinet ou rendez-vous sur le site ameli.fr. La différence entre les honoraires et le remboursement de la Sécurité Sociale peut être pris en charge partiellement ou en totalité selon votre complémentaire santé.

COURONNE

Dans quels cas une couronne peut-elle être installée ?
Une couronne peut être posée dans différents cas. Lorsqu’une dent est dévitalisée ou très abimée, elle est fragilisée et risque de se casser. Une couronne est donc installée pour la protéger. Une couronne peut également être utilisée lorsqu’il y a recourt à un implant.

Comment se déroule le traitement ?
Tout d’abord il est nécessaire de préparer la dent et de faire une empreinte. Ensuite, la couronne prothétique est mise en place puis scellée. Ce processus est réalisé sur plusieurs séances.

Quels types de matériaux sont utilisés ?
Différents matériaux peuvent être envisagés comme la céramique ou encore le métal. Le choix dépendra de la situation clinique, de l’aspect esthétique et du coût.

A quelle hauteur la Sécurité Sociale prend-elle en charge le remboursement ?
La prise en charge est à hauteur de 70 % sur la base du remboursement de la Sécurité Sociale. Pour plus d’informations sur la prise en charge, n’hésitez pas à contacter le cabinet ou rendez-vous sur le site ameli.fr. La différence entre les honoraires et le remboursement de la Sécurité Sociale peut être pris en charge partiellement ou en totalité selon votre complémentaire santé.

Pour aller plus loin
Pour en savoir plus sur les couronnes dentaires, découvrez la fiche conseil de l’UFSBD « Pourquoi ai-je besoin d’une couronne ? »

INLAY-CORE

Qu’est-ce que l’inlay-core ?
Afin de pouvoir poser une couronne sur une dent, celle-ci doit être assez résistante et en bon état général. Malheureusement, dans le cas de dents très abimées, que ce soit par une carie profonde ou une fracture, un inlay-core doit être réalisé. Il s’agit d’une partie métallique insérée à l’intérieur de la dent, qui va permettre de solidifier l’ensemble. Cette base, désormais robuste, pourra ensuite servir de support à la pose d’une couronne pour parfaire l’esthétisme de la dent.

Comment se déroule le traitement ?
Pour insérer un inlay-core, il faudra au préalable que votre chirurgien-dentiste réalise une dévitalisation de la dent concernée, en éliminant la pulpe dentaire.
Cette technique permet de confectionner une dent qui possédera une forte résistance à la mastication, puis, grâce à l’ajout d’une couronne solidement jointe, qui aura le même esthétisme que le reste de la bouche. L’inlay-core assure également une obturation idéale des canaux, réduisant ainsi le risque d’infiltration des bactéries dans la dent.

A quelle hauteur la Sécurité Sociale prend-elle en charge le remboursement ?
La prise en charge est à hauteur de 70 % sur la base du remboursement de la Sécurité Sociale. Pour plus d’informations sur la prise en charge, n’hésitez pas à contacter le cabinet ou rendez-vous sur le site ameli.fr. La différence entre les honoraires et le remboursement de la Sécurité Sociale peut être pris en charge partiellement ou en totalité selon votre complémentaire santé.

 

 

INLAY-ONLAY

Qu’est ce que Inlays et Onlays ?
Le Inlays ou le Onlays est appliqué dans le cas où le patient dispose d’une carie ou d’anciennes restaurations ayant perdues leur étanchéité. Une prothèse va reconstituer la partie abîmée de la dent. Il y a deux types de traitements :
– Onlay : sur la dent
– Inlay : dans la dent

Comment se déroule le traitement ?
Le traitement Inlays ou Onlays consiste en la pose d’une prothèse sur la dent de façon à remplacer la partie détruite par la carie. La prothèse est réalisée par un prothésiste, la rendant de très bonne qualité et permettant une meilleure restauration de la dent à long terme. Après deux séances, les résultats sont parfaitement esthétiques, indolores et durables.

A quelle hauteur la Sécurité Sociale prend-elle en charge le remboursement ?
La prise en charge est à hauteur de 70 % sur la base du remboursement de la Sécurité Sociale. Pour plus d’informations sur la prise en charge, n’hésitez pas à contacter le cabinet ou rendez-vous sur le site ameli.fr. La différence entre les honoraires et le remboursement de la Sécurité Sociale peut être pris en charge partiellement ou en totalité selon votre complémentaire santé.

Les soins dentaires courants

tiret
Cliquez pour lire l’article.

LES FACETTES ET JAQUETTES DENTAIRES

Que sont les facettes et jaquettes dentaires ?
Les facettes et jaquettes dentaires sont deux techniques très proches l’une de l’autre permettant d’améliorer le résultat esthétique sur des dents abimées, usées, dotées d’un alignement défectueux, sur lesquelles le blanchiment n’a pas assez d’effet ou tout simplement pour présenter un sourire parfait. Elles représentent des solutions simples pour masquer les imperfections d’une ou plusieurs dents. En seulement deux séances espacées d’une semaine, vous pourrez donc redonner éclat et forme à une dent abimée, et ce sans douleur.

Comment se déroule la pose de facettes ou jaquettes ?
Dans les deux cas (facettes et jaquettes), les dents sont conservées vivantes. Pour réaliser une facette, la dent est réduite de quelques millimètres (environ 0.3 à 0.7mm), et sur celle-ci va être collée une facette en céramique, à l’image d’un faux ongle très fin. De même constitution que l’émail dentaire, elle est aussi résistante que la dent sur laquelle elle est posée.
Pour la jaquette, le processus est similaire mais elle va s’étendre jusqu’à la face interne des dents, afin de compenser des dents avec des pertes de structures.

La pose de facettes ou jaquettes n’impose aucune limite d’âge. Ces techniques peuvent notamment, dans certains cas, être proposées comme alternative à un traitement orthodontique pour les plus jeunes, et permettra une correction esthétique rapide pour les plus âgés.

Dans ces deux cas, l’entretien se fera de la même façon que pour les autres dents, en respectant une hygiène bucco-dentaire régulière et un contrôle tous les 6 mois chez votre chirurgien-dentiste. Facettes et jaquettes ont, selon plusieurs études, des durées de vie en termes de teinte et de collage pouvant atteindre plus de 20 ans.

A quelle hauteur la Sécurité Sociale prend-elle en charge le remboursement ?
A visées esthétiques, les facettes et jaquettes ne sont pas remboursables par la Sécurité Sociale.

Pour aller plus loin
Pour tout savoir sur les facettes, découvrez la fiche conseil de l’UFSBD « Retrouver un beau sourire ».

LE BLANCHIMENT

Pourquoi réaliser un blanchiment des dents ?
Vos dents sont obscurcies ? Vous souhaitez retrouver un sourire éclatant ? Le blanchissement des dents rend l’éclat à votre sourire.
En quoi consiste le blanchiment des dents ?
Un gel de blanchiment est appliqué sur les dents, puis une barrière de protection gingivale est mise en place. Ensuite le gel est activé par une lampe de blanchiment. Le produit est renouvelé toutes les 15 minutes pour une durée d’environ une heure.
Pour ceux qui ne souhaitent pas avoir recours à l’utilisation d’une lampe, une gouttière peut être mise en place en tant que complément de blanchiment.
Qu’est ce que le blanchiment interne des dents ?
Un blanchiment interne peut être effectué dans le cas ou les dents dévitalisées prennent une coloration plus sombre. Après avoir observé attentivement que l’obturation était bien étanche, un produit de blanchissement est injecté à l’intérieur de la dent et laissé pendant environ 5 jours. La procédure est renouvelée jusqu’à obtention de la teinte souhaitée.
Quelles sont les indications avant un blanchiment des dents ?
Avant tout blanchiment, un bilan bucco-dentaire doit être établi, afin de vérifier qu’il n’y ait pas de contre indications.
– les dents doivent être saines et sans caries,
– le patient doit avoir une bonne hygiène bucco-dentaire,
– les problèmes parodontaux doivent être traités en amont
– les fumeurs doivent arrêter de fumer au préalable pour un résultat durable.
– le patient ne doit pas présenter d’irritations gingivales
– un détartrage doit être réalisé au préalable
Sur quelles personnes est-il déconseillé de pratiquer le blanchiment ?
Il est déconseillé de réaliser un blanchiment sur une femme enceinte, un patient mineur ou sur une personne atteinte d’hypersensibilité dentaire.

LA DÉVITALISATION

Qu’est-ce que la dévitalisation d’une dent ?
Le plus souvent à la suite d’une carie importante, votre chirurgien-dentiste pourra vous annoncer qu’une de vos dents a besoin d’une dévitalisation. Cet acte, indolore, permet de retirer la pulpe de la dent qui a subi une infection carieuse.

Comment se déroule le traitement ?
Après une anesthésie locale et un curetage de la carie, le praticien va ensuite nettoyer et désinfecter les entrées des canaux dans lesquels vit la pulpe. La dévitalisation d’une dent prend entre 30 minutes pour une incisive ou une canine, à 1h15 pour une prémolaire ou molaire. Suite à cette étape, votre chirurgien-dentiste va obturer les canaux vides à l’aide d’un matériau pour éviter que les bactéries ne s’y logent, puis restaurer la dent, soit à l’aide d’un composite, ou par la pose d’une couronne dentaire.

LES CARIES ET LEURS SOINS

La carie, problème majeur de santé publique
La carie est actuellement la première source de visite chez le chirurgien-dentiste. Les dernières études de l’UFSBD font état de chiffres encore inquiétants en 2015 : 50% des enfants de moins de 12 ans souffrent déjà de caries dentaires. Elles touchent en effet aussi bien les dents de lait que les dents définitives et doivent donc faire l’objet d’un suivi régulier.

Lorsque la plaque dentaire et les bactéries s’accumulent trop à la surface des dents, une carie peut se former du fait des attaques sur l’émail dentaire, et créer une cavité dans la dent. Plusieurs facteurs peuvent entrer en cause, tels qu’une dent déminéralisé, usée, qui résistera moins bien aux attaques bactériennes, ou encore une alimentation trop riche en acide où en sucre qui fragilisera l’émail.

Les 4 stades de la carie
Si la carie n’est située qu’au niveau de l’émail, celle-ci n’entraine normalement pas de douleur et passe ainsi inaperçue. Elle continue alors sa progression jusqu’à la dentine. A ce stade, la carie peut induire des douleurs, notamment au contact du froid ou des aliments sucrés. Ces deux premières étapes ne nécessitent pas une dévitalisation de la dent, qui pourra alors être soignée grâce à un nettoyage puis à un colmatage du trou pour reconstituer la dent. Souvent, à moins que la carie ne soit superficielle, cette étape est précédée d’une anesthésie locale, permettant un soin sans douleur.

Si la carie n’est pas soignée avant qu’elle n’atteigne la pulpe, alors celle-ci risque d’entrainer une rage de dent, et peut entrainer d’autres complications telles que des abcès ou des kystes. La dent devra alors être dévitalisée avant d’être reconstruite.

Pour aller plus loin
Pour en savoir plus sur le développement des caries dentaires et leur traitement, découvrez la fiche conseil de l’UFSBD « La carie ».

LE DÉTARTRAGE

Qu’est-ce que le tartre ?
Le tartre représente l’accumulation de la plaque dentaire sur les dents. Particulièrement résistant, celui-ci ne peut être retiré uniquement à l’aide d’une brosse à dents, et nécessite donc une visite chez votre chirurgien-dentiste. Rugueux, il adhère fortement aux surfaces dentaires, et favorise le développement des maladies gingivales et parodontales.

Comment se déroule un détartrage ?
Ainsi, le détartrage va consister en l’élimination indolore de ce dépôt dur, que ce soit par « grattage » ou par l’utilisation d’appareils à ultrasons, ce qui va permettre de redonner l’aspect esthétique originel des dents, mais aussi de recréer un environnement sain.
Votre praticien vous recommande, pour la santé de votre bouche, d’effectuer un détartrage deux fois par an.

La parodontologie

tiret
Cliquez pour lire l’article.

FINANCEMENT ET REMBOURSEMENT

Le détartrage paro-maxillaire est un acte non remboursé par la Sécurité Sociale. Celle-ci limite sa prise en charge de la parodontite à seulement 4 actes, à savoir le détartrage complet, la ligature métallique, l’attelle métallique, et la prothèse attelle de contention.

La prise en charge pour ces actes est à hauteur de 70 % sur la base du remboursement de la Sécurité Sociale. Pour plus d’informations sur la prise en charge, n’hésitez pas à contacter le cabinet ou rendez-vous sur le site ameli.fr. La différence entre les honoraires et le remboursement de la Sécurité Sociale peut être pris en charge partiellement ou en totalité selon votre complémentaire santé.

COMMENT SE PROTÉGER DE LA MALADIE ?

Plusieurs facteurs favorisent le développement de ces infections, tels qu’une mauvaise hygiène dentaire, le stress, ou encore le tabac. Des facteurs génétiques peuvent également entrer en compte.

Ainsi, pour éviter le développement des maladies parodontales, plusieurs règles d’hygiène sont à respecter :
– Respecter un brossage régulier, à raison de 2 fois par jour, pendant au minimum deux minutes, afin d’éliminer la plaque dentaire.
– Passer le fil dentaire tous les soirs après le brossage afin de retirer la plaque dentaire restante qui ne peut être éliminée par simple brossage
– Se rendre chez son chirurgien-dentiste de façon régulière, au minimum une fois par an, afin d’effectuer un détartrage et de faire le point sur votre santé parodontale.

DÉROULEMENT DU TRAITEMENT PARODONTAL

Le traitement des gingivites et parodontites repose sur des soins courants tels que le détartrage régulier ou encore le surfaçage afin d’assainir la surface des racines qui ont pu être touchés par la parodontite.

Si la parodontite n’a pas été traitée suffisamment tôt, des traitements chirurgicaux peuvent être nécessaires (résection, greffe osseuse ou gingivale), adaptés à la quantité des tissus détruits.

QU’EST CE QUE LA PARODONTITE ?

La parodontologie est une science des maladies parodontales. Elle traite les infections bactériennes des tissus qui entourent et supportent les dents (gencive, os,…). Ainsi, plusieurs maladies sont considérées comme des maladies parodontales, telles que la gingivite ou la parodontite. 10 à 20% de la population serait touché par la parodontite.
Les maladies parodontales suivent plusieurs étapes.
– Dans le cas d’une gencive saine, sa couleur est rose, ne saigne pas au brossage, et assure donc une étanchéité parfaite à la dent.
– La gencive est conçue pour être placée au contact des bactéries. Cependant, si l’hygiène bucco-dentaire n’est pas suffisante, ou que des détartrages ne sont pas réalisés assez fréquemment, la présence de la plaque dentaire et du tartre vont provoquer une inflammation de la gencive : la gingivite apparait alors. La gencive est rouge, gonflée, et saigne au brossage.
– Si l’inflammation persiste, l’os qui soutient les racines de la dent va se détruire petit à petit, et des poches parodontales vont apparaitre, des poches qui vont favoriser le développement des bactéries au plus proche de la dent, causant ainsi des abcès parodontaux. A ce stade, des déchaussements de dents peuvent être observés. L’inflammation de ces tissus de soutien de la dent est alors appelée « parodontite ».
– Sans traitement adéquat, l’inflammation se propage et détruit intégralement l’os qui entoure la dent. La parodontite avancée va donc conduire à la perte totale de la dent.
La parodontite peut également avoir des répercussions sur la santé en générale. Elle peut être responsable du risque d’aggravation du diabète, de l’augmentation du risque des maladies cardio-vasculaires, et augmente également le risque d’accouchement prématuré chez les femmes enceintes.
Pour aller plus loin :
Pour en savoir plus sur les maladies parodontales, découvrez la fiche conseil de l’UFSBD : « La maladie parodontale ».

Les soins post-opératoires

tiret
Cliquez pour lire l’article.

APRÈS LA POSE D’UN OU PLUSIEURS IMPLANTS

Après la pose d’un ou plusieurs implants dentaires, et afin d’obtenir la meilleure cicatrisation possible, il est recommandé au cours des 2 semaines qui suivent la pose de l’implant de :
– Ne pas fumer
– Ne pas manger ni boire trop chaud
– Ne pas manger du côté de l’intervention
– Ne pas passer la langue ni aspirer sur les implants
– Limiter les aliments salés, épicés et acides,
– Ne pas brosser, ne pas passer le fil ni les brossettes dentaires dans le quadrant concerné par la chirurgie
– Réaliser des bains de bouche passifs sans brasser trois fois par jour

Afin de limiter les douleurs post-opératoires, il est recommandé au cours des trois jours qui suivent la pose de l’implant de :
– Prendre des antalgiques (paracétamol ou ibuprofène) avant que l’anesthésie ne parte et renouveler régulièrement la prise avant que les douleurs n’apparaissent,
– Appliquer de la glace à l’intérieur et à l’extérieur de la bouche. La glace doit être disposée dans un linge et appliquée pendant au moins 20 minutes plusieurs fois par jour.

En cas de doute ou de nécessité, n’hésitez pas à contacter le cabinet par téléphone.

APRÈS UNE GREFFE OSSEUSE

Après une greffe osseuse, et afin d’obtenir la meilleure cicatrisation possible, il est recommandé au cours des 4 semaines qui suivent la greffe osseuse de :
– Ne pas fumer
– Ne pas manger ni boire trop chaud
– Ne pas manger du côté de la greffe osseuse
– Ne pas passer la langue ni aspirer sur les sites opératoires
– Limiter les aliments salés, épicés et acides
– Ne pas brosser, ne pas passer le fil ni les brossettes dentaires dans le quadrant concerné par la greffe
– Réaliser des bains de bouche passifs sans brosser trois fois par jour

Afin de limiter les douleurs post-opératoires, il est recommandé au cours des trois jours qui suivent la greffe osseuse de :
– Prendre des antalgiques (paracétamol ou ibuprofène) avant que l’anesthésie ne parte et renouveler régulièrement la prise avant que les douleurs n’apparaissent,
– Appliquer de la glace à l’intérieur et à l’extérieur de la bouche. La glace doit être disposée dans un linge et appliquée pendant au moins 20 minutes plusieurs fois par jour.

En cas de doute ou de nécessité, n’hésitez pas à contacter le cabinet par téléphone.

APRÈS UNE GREFFE GINGIVALE

Après une greffe gingivale, et afin d’obtenir la meilleure cicatrisation possible, il est recommandé au cours des 4 semaines qui suivent la greffe gingivale de :
– Ne pas fumer
– Ne pas manger ni boire trop chaud
– Ne pas manger du côté de la greffe gingivale
– Ne pas passer la langue ni aspirer sur les sites opératoires
– Limiter les aliments salés, épicés et acides,
– Ne pas brosser, ne pas passer le fil ni les brossettes dentaires dans le quadrant concerné par la greffe
– Réaliser des bains de bouche passifs sans brasser trois fois par jour

Afin de limiter les douleurs post-opératoires, il est recommandé au cours des trois jours qui suivent la greffe gingivale de :
– Prendre des antalgiques (paracétamol ou ibuprofène) avant que l’anesthésie ne parte et renouveler régulièrement la prise avant que les douleurs n’apparaissent,
– Appliquer de la glace à l’intérieur et à l’extérieur de la bouche. La glace doit être disposée dans un linge et appliquée pendant au moins 20 minutes plusieurs fois par jour.

En cas de doute ou de nécessité, n’hésitez pas à contacter le cabinet par téléphone.

APRÈS UNE OU PLUSIEURS EXTRACTIONS

Après une ou plusieurs extractions, et afin d’obtenir la meilleure cicatrisation possible, il est recommandé au cours de la semaine qui suit la ou les extractions de :
– Ne pas fumer
– Ne pas manger ni boire trop chaud
– Ne pas manger du côté de l’extraction
– Ne pas passer la langue ni aspirer sur les sites opératoires
– Limiter les aliments salés, épicés et acides,
– Ne pas brosser, ne pas passer le fil ni les brossettes dentaires du côté concerné,
– Réaliser des bains de bouche passifs sans brasser trois fois par jour

Afin de limiter les douleurs post-opératoires, il est recommandé au cours des trois jours qui suivent la ou les extractions :
– Prendre des antalgiques (paracétamol ou ibuprofène) avant que l’anesthésie ne parte et renouveler régulièrement la prise avant que les douleurs n’apparaissent,
– Appliquer de la glace à l’intérieur et à l’extérieur de la bouche. La glace doit être disposée dans un linge et appliquée pendant au moins 20 minutes plusieurs fois par jour.
En cas de doute ou de nécessité, n’hésitez pas à contacter le cabinet par téléphone.

APRÈS UNE ÉLÉVATION DU PLANCHER SINUSIEN

Après une élévation du plancher sinusien, et afin d’obtenir la meilleure cicatrisation possible, il est recommandé au cours des 4 semaines qui suivent l’intervention de :
– Ne pas fumer
– Ne pas manger ni boire trop chaud
– Ne pas manger du côté de l’intervention
– Ne pas passer la langue ni aspirer sur les sites opératoires
– Limiter les aliments salés, épicés et acides,
– Ne pas brosser, ne pas passer le fil ni les brossettes dentaires dans le quadrant concerné par la chirurgie
– Réaliser des bains de bouche passifs trois fois par jour
– Ne pas se moucher
– Eternuer par la bouche sans retenue

Afin de limiter les douleurs post-opératoires, il est recommandé au cours des trois jours qui suivent l’intervention de :
– Prendre des antalgiques (paracétamol ou ibuprofène) avant que l’anesthésie ne parte et renouveler régulièrement la prise avant que les douleurs n’apparaissent,
– Appliquer de la glace à l’intérieur et à l’extérieur de la bouche. La glace doit être disposée dans un linge et appliquée pendant au moins 20 minutes plusieurs fois par jour.
En cas de doute ou de nécessité, n’hésitez pas à contacter le cabinet par téléphone.

Le saviez-vous ? Votre praticien peut vous accompagner…

tiret
Cliquez pour lire l’article.

HYPERSENSIBILITÉ

Qu’est-ce que l’hypersensibilité dentaire ?
Vous avez les dents sensibles au chaud, au froid ? Vous ressentez des douleurs en vous brossant les dents ou en vous rinçant la bouche ? Ces symptômes d’hypersensibilité dentaire peuvent être causés par un émail usé ou des gencives rétractées. Mais rassurez-vous, votre chirurgien-dentiste peut vous aider…

La dentine exposée, source de douleurs dentaires
L’hypersensibilité dentaire, affection très fréquente, ne se manifeste que dans des situations bien particulières, au contact de boissons ou aliments trop chauds ou trop froids. Contrairement à une carie, la douleur n’est pas localisée sur une dent précise mais sur l’ensemble de la dentition ou une partie de la dentition.
Une mise à nu de la dentine est bien souvent l’explication à ces douleurs. Exposée, la dentine n’est plus protégée, et va permettre une communication plus directe entre les agressions extérieures et les nerf et vaisseaux internes de la dent.

Recommandations
Afin d’éviter l’apparition de cette hypersensibilité dentaire, nous vous recommandons d’éviter ou limiter la consommation d’aliments ou de boissons trop acides car ils déminéralisent l’émail des dents et augmentent la porosité. De même, les fruits trop acides sont à éviter (orange, citron, pamplemousse…) tout comme les sodas, boissons énergétiques, médicaments à base de vitamine C et le vinaigre.

De même, nous vous recommandons de ne pas utiliser de brosse dure ou médium qui, accompagnée d’un brossage trop appuyé et horizontal, peut entrainer une perte de la hauteur de la gencive et donc une exposition de la dentine.

Les traitements
Les dentifrices pour dents sensibles ont un réel intérêt et améliorent les problèmes de sensibilité dentaire s’ils sont utilisés durant une longue période. Les minéraux contenus vont réduire la porosité en surface de la dentine, et donc réduire l’hypersensibilité dentaire.

Si ceux-ci ne suffisent pas, votre chirurgien-dentiste pourra vous poser un produit désensibilisant comme un vernis, qui va combler les micro-trous de la dentine. En une séance, les résultats sur la sensibilité dentaire sont visibles.

Pour aller plus loin
Découvrez la fiche conseil de l’UFSBD « l’hypersensibilité dentaire »

BRUXISME (GRINCEMENT DES DENTS)

Qu’est ce que le bruxisme ?
Le bruxisme correspond à un grincement ou serrement des dents en dehors des périodes de mastication ou de déglutition normales. Diurne ou nocturne, silencieux ou non, ce trouble atteint autant les enfants que les adultes.

En journée, il est, le plus souvent, contrôlé et ne pose pas de réels problèmes. Cependant, lorsqu’il apparait la nuit, le manque de contrôle sur ce trouble peut augmenter la pression exercée, et peut donc entraîner de violents chocs ou frottements dentaires, susceptibles d’abîmer les dents.

Une personne atteinte de bruxisme peut, en une nuit, grincer entre 6 et 8 minutes de façon puissante, ce qui peut avoir plusieurs répercussions sur la denture : l’émail peut s’user, tout comme la dentine, la ou les dents peuvent devenir sensibles aux changements de température, un nerf peut être atteint et une fracture de la dent peut avoir lieu.

Le bruxisme a deux causes : soit il est dû à une altération de l’occlusion, un mauvais positionnement de la mâchoire ou des dents, soit il résulte d’une manifestation psychosomatique (stress…).

Le bruxisme dû à une altération de l’occlusion
Ainsi, lorsque les dents n’entrent pas en contact de façon précise, ne se joignent pas correctement entre elles, cela peut avoir pour conséquence une sensation de gêne, qui va conduire à serrer, grincer et frotter ces dents en particulier.
Dans cette situation, le traitement va généralement passer par l’utilisation de gouttières, voire de prothèses ou traitement orthodontique.

Le bruxisme comme réaction psychosomatique
Pour 80% des cas, le bruxisme se manifeste durant la nuit, et est donc le résultat d’un stress qui échappe à la volonté de la personne. C’est la forme de bruxisme la plus courante, et les demandes de consultation à cet effet sont en constante augmentation.
Pour cette forme de bruxisme, le traitement s’avère bien plus complexe. Les effets de ce trouble nocturne peuvent être réduits grâce à l’utilisation de gouttières, qui vont protéger les dents et éviter des chocs ou frottements trop violents.

Pour stopper le bruxisme nocturne en tant que tel, aucun remède n’a encore été trouvé. Cependant, la pratique de la relaxation, ou des traitements psychologiques peuvent aider à la gestion et à la réduction du stress, et donc au grincement des dents compulsif.

BIEN-ÊTRE GÉNÉRAL

Au-delà de l’aspect esthétique et fonctionnel, posséder une dentition en bonne santé est synonyme de bien-être général. En effet, bien qu’encore méconnu de la population, l’impact de la santé bucco-dentaire ne s’arrête pas uniquement à la bouche, mais va influencer le fonctionnement de nombreux organes. Ainsi, caries, gingivites et parodontites peuvent avoir des liens très étroits avec le développement du diabète, des maladies cardiovasculaires ou encore des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Maladies cardiovasculaires
Les infections parodontales augmentent considérablement le risque de survenue d’une pathologie cardiovasculaire. Tout comme le tabac, le diabète ou l’obésité, les bactéries dentaires peuvent provoquer la survenue d’infarctus du myocarde ou d’endocardite (inflammation de l’endocarde).
Récemment, des chercheurs ont également mis en lumière le lien entre une certaine bactérie dentaire, connue pour développer les caries, et le risque de survenue d’AVC (accident vasculaire cérébral).

Diabète
Un double-sens existe entre diabète et maladies parodontales. Ainsi, tandis que le déséquilibre glycémique accroit la sensibilité aux infections telles que la parodontite, celle-ci semble également posséder une influence sur l’équilibre glycémique général. Cette corrélation et ce double-sens semble être plus particulièrement effectif pour le diabète de type II.

Accouchement prématuré
Chez la femme enceinte, une infection parodontale accroit le risque d’accouchement prématuré, du fait des réponses inflammatoires liées à la pathologie.

Des autres pistes…
Les chercheurs découvrent de plus en plus de liens qui s’établissent entre les bactéries présentes dans la bouche et les maladies du reste du corps. Très récemment, une équipe de recherche a réussi à détecter, chez certains patients atteints du cancer de l’oesophage, la présence d’une bactérie située au niveau du parodonte. Les recherches se poursuivent, afin de possiblement établir des connections entre hygiène bucco-dentaire et certaines maladies telles qu’Alzheimer ou Parkinson. Alors, pour être en bonne santé générale, ne négligez pas votre santé bucco-dentaire !

Tarifs et honoraires

tiret
Cliquez pour lire l’article.

TARIFS ET REMBOURSEMENTS

Votre chirurgien-dentiste applique les tarifs de remboursement de l’Assurance Maladie. Ces tarifs ne peuvent être dépassés, sauf en cas d’exigence exceptionnelle de votre part, s’agissant de l’horaire ou du lieu de consultation.

Pour les traitements prothétiques et d’orthopédie dento-faciale, votre chirurgien-dentiste pratique des honoraires libres qui peuvent être supérieurs aux tarifs de remboursement par l’Assurance Maladie.

Si vous bénéficiez de la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C), ces dépassements sont plafonnés.

Si votre chirurgien-dentiste vous propose de réaliser certains actes qui ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie, il doit obligatoirement vous en informer.

Dans les cas cités ci-dessus où votre chirurgien-dentiste fixe librement ses honoraires ou ses dépassements d’honoraires, leur montant doit être déterminé avec tact et mesure.

L’IMPORTANCE DE LA CARTE VITALE

Votre carte Vitale correspond à votre carte d’assuré social et atteste de vos droits à l’Assurance Maladie. Elle doit être mise à jour au moins une fois par an et présentée systématiquement à tout professionnel de santé.

Elle permet de vous assurer les remboursements des actes sous 5 jours, sans nécessité de renvoyer de feuille de soins au format papier : toutes les informations nécessaires au remboursement sont directement transmises du chirurgien-dentiste à votre Caisse d’Assurance Maladie.

Alors, pensez à bien l’apporter à chaque visite !